Attijariwafa bank émet une obligation de 1 milliard de dirhams

La première banque marocaine par les actifs va émettre deux emprunts obligataires de 1 milliard de DH (100 millions d’euros) dont 500 millions de DH d’obligations subordonnées simples et 500 millions de DH d’obligations perpétuelles.

Les deux émissions ont pour objectif principal de renforcer les fonds propres réglementaires actuels et, par conséquent, renforcer le ratio de solvabilité d’Attijariwafa bank, financer le développement organique de la banque au Maroc et à l’international et anticiper les différentes évolutions réglementaires dans les pays de présence.

Elles s’inscrivent dans le cadre du programme autorisé par l’Assemblée générale réunie extraordinairement le 22 novembre 2016 dont le reliquat à la veille de ces opérations s’élève à 50 millions de DH à l’issue de la décision d’émission des obligations subordonnées d’un montant de 500 millions de DH adoptée par le conseil d’administration tenu le 8 décembre 2020 et l’Assemblée Générale Ordinaire du 29 juin 2020.

Le prospectus de cet emprunt obligataire est constitué du document de référence d’AWB enregistré par l’AMMC le 10 juin 2020 sous la référence EN/EM/004/2020, de l’actualisation N 1 du document de référence enregistrée par l’AMMC en date du 10 décembre, sous la référence EN/EM/026/2020, et de la note d’opération.

L’emprunt perpétuel en question

L’obligation subordonnée perpétuelle se distingue de l’obligation classique en raison, d’une part, du rang de créances contractuellement défini par la clause de subordination et, d’autre part, par sa durée indéterminée. L’effet de la clause de subordination est de conditionner, en cas de liquidation de l’émetteur, le remboursement de l’emprunt au désintéressement de toutes les autres dettes y compris les emprunts obligataires subordonnés à maturité déterminée qui ont été émis et qui pourraient être émis ultérieurement. Le principal et les intérêts relatifs à ces titres constituent un engagement de dernier rang et viennent et viendront à un rang supérieur uniquement aux titres de capital de l’émetteur (ici Attijariwafa bank).

Par la rédaction

Challenges Radio

Read Previous

Mauritanie : la France suspend temporairement le service de la dette

Read Next

Les dérives de la CADHP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *