Bons de soutien et de résilience : Le Burkina lève 45,500 milliards FCFA au niveau du marché financier de l’UMOA

Le Burkina, par le biais de sa Direction générale du trésor et de la comptabilité publique, a levé ce 22 septembre 2021 sur le marché financier de l’Union monétaire ouest africaine (UMOA) un montant de 45,500 milliards de FCFA (68,250 millions d’euros) au terme de son émission de bons assimilables du Trésor (BAT) dénommé << bons de soutien et de résilience>> de maturité 364 jours, organisée en partenariat avec l’Agence UMOA-Titres basée à Dakar.

Lancée par l’agence UMOA-Titres en collaboration avec la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), l’émission des bons de soutien et de résilience  vise à permettre à l’émetteur de mobiliser l’épargne des personnes physiques et morales dans le but de couvrir les besoins de trésorerie nécessaires d’une part au soutien des efforts de relance économique des Etats, afin qu’ils retrouvent la trajectoire de croissance d’avant la crise sanitaire de la Covid-19 et d’autre part à la résilience dans les changements d’orientation budgétaires prises par les Etats, face aux chocs adverses et inhabituels auxquelles leurs économies font face. Cette émission concerne l’ensemble des Etats de la zone UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine) confrontés à cette situation et en émettant le souhait. Elle cible tous les investisseurs aussi bien les entreprises que les individus souhaitant soutenir utilement les Etats de la zone. Elle est ouverte aux investisseurs de l’espace UEMOA et hors UEMOA.

Après adjudication, l’agence UMOA-Titres a recensé 51,500 milliards de FCFA de soumissions globales provenant des investisseurs sur un montant mis en adjudication par l’émetteur de 45 milliards de FCFA, soit un taux de couverture du montant mis en adjudication de 114,44%.

Sur le montant global des soumissions, le Trésor Public Burkinabé en a retenu 45,500 milliards de FCFA et rejeté les 6 milliards de FCFA restants, soit un taux d’absorption de 88,35%.

L’émetteur s’est engagé à rembourser les titres émis le premier jour ouvré suivant la date d’échéance fixée au 21 septembre 2022. Par contre, les intérêts sont payables d’avance et précomptés sur la valeur nominale des bons qui est d’un million de FCFA.

Le rendement moyen pondéré s’est situé à 2,80%. De leur côté, le taux moyen pondéré et le taux marginal se sont établis respectivement à 2,72% et 3,00%.

Par ALBERT SAVANA

Challenges Radio

Read Previous

Côte d’Ivoire: le taux de croissance moyen projeté à 7,65% sur la période 2021-2025

Read Next

En mémoire de Gabriel Fal: «de grâce donnez de la valeur à la terre»

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *