CEMAC : la BEAC renforce les capacités opérationnelles de la COBAC

Siège BEAC

La Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) sollicite l’expertise d’un consultant pour l’élaboration des manuels des procédures pour la Commission bancaire de l’Afrique centrale (COBAC) en vue d’homogénéiser les techniques de contrôle et le traitement des dossiers et les adapter aux meilleurs standards internationaux.  

L’expertise recherchée d’un consultant s’intègre dans le projet de renforcement des capacités des institutions financières régionales de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). A cet effet, la BEAC a sollicité un crédit et un don de l’Association de développement international (IDA), et entend utiliser une partie de ce financement pour renforcer les capacités opérationnelles de la COBAC.

Pour conduire cette procédure d’une durée de six mois dont le démarrage est prévu en février 2021, la COBAC dont la mission consiste principalement de veiller à l’intégrité du système bancaire, au respect par les établissements de crédit des dispositions législatives et réglementaires édictées par les Autorités et la Banque centrale et sanctionner des manquements constatés, a décidé d’adopter la Supervision basée sur les risques (SBR).

Une option qui devrait notamment l’amener à revisiter ses méthodes de travail et à les adapter sur cette nouvelle dynamique, ce qui nécessite une formalisation accrue des méthodes de travail et un développement de l’expertise dans plusieurs domaines. « A cet égard, la SBR impose une réorganisation adaptée pour une meilleure connaissance des établissements, une évaluation des risques, la formalisation des procédures d’examens, la confection d’une matrice risque/notation de la gestion du risque… », note la BEAC.

L’objectif final pour la Commission bancaire de l’Afrique centrale est de disposer d’une description claire et précise de ses processus, procédures et règles de gestion en phase avec les meilleurs standards internationaux et de disposer d’un manuel de processus où sont harmonisés les techniques de contrôle et le traitement des dossiers.

Par Achille Mbog

Challenges Radio

Read Previous

Côte d’ivoire: Le Chef de l’Etat a reçu les Lettres de créance de cinq nouveaux Ambassadeurs

Read Next

Maroc : Crédit Agricole casque fort pour la production agricole

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *