Gabon : Meridiam et GPC signent l’accord de financement de la centrale de Kinguélé Aval

Kinguélé Aval est portée par Asonha Energie, une société de projet détenue respectivement à 60 % et 40 % par Meridiam et Gabon Power Company. Le montant de l’investissement pour la construction du barrage s’élève à 179 millions d’euros dans le cadre d’une convention de concession conclue pour une durée de 30 ans.

Gabon Power Company (GPC), filiale du Fonds gabonais d’investissements stratégiques (FGIS), et Meridiam, société à mission spécialisée dans le développement, le financement et la gestion à long terme d’infrastructures publiques durables, viennent de signer cette semaine un accord pour le financement de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval dont la mise en service est prévue en 2024.

Privilégier la commande auprès des entreprises locales

Située à 100 km à l’est de Libreville sur la rivière Mbéi, en bordure du Parc national des Monts de Cristal, la nouvelle infrastructure disposera d’une capacité de 35 MW et permettra à terme d’alimenter le réseau national à hauteur de 205 GWh par an. Elle fournira environ 13% des besoins en électricité de Libreville, la capitale du Gabon, contribuera au remplacement de capacités thermiques existantes et permettra d’économiser plus de 150 000 tonnes d’émissions de CO2 par an. La centrale participera également à l’électrification des zones rurales telles qu’Andock Foula, contribuant ainsi aux efforts du gouvernement de promouvoir l’inclusion des populations.

Pour Alain-Claude Bilie-By-Nzé, ministre d’Etat, ministre de l’Energie et des Ressources hydrauliques, « le financement de ce projet est une excellente nouvelle pour le Gabon. La mobilisation de ces parties prenantes constitue un appel pour d’autres partenaires africains et internationaux : le Gabon présente des projets structurants, à fort impact social […] La centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval va permettre de réduire le prix de l’offre énergétique et de contribuer au développement économique du Gabon ».

Selon un communiqué conjoint des deux instituions, la commande notamment en équipements ciblera prioritairement le tissu entreprenarial local, soutenant ainsi la diversification, le développement et la relance économique du pays. Pendant la période de construction, 800 emplois directs seront créés sur le chantier.

179 millions d’euros pour la construction du barrage

Le montant total de l’investissement nécessaire pour la construction du barrage s’élève à 179 millions d’euros dans le cadre d’une convention de concession conclue pour une durée de 30 ans. Kinguélé Aval est porté par Asonha Energie, une société de projet détenue respectivement à 60% et 40% par Meridiam et GPC, et bénéficie de l’appui financier de plusieurs bailleurs de fonds : IFC, filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé ; la Banque africaine de développement ; la Development Bank of Southern Africa et Emerging Africa Infrastructure Fund.

L’implantation du barrage a fait l’objet d’études approfondies afin de minimiser son impact environnemental et social. Asonha Energie a notamment élaboré un plan d’actions conçu pour générer des gains nets de biodiversité.

Couvrir les besoins en énergie des populations de la province de l’Estuaire

Marcellin Massila Akendengue, directeur général de Gabon Power Company, explique qu’en tant qu’actionnaire de ce projet, « Gabon Power Company représente activement les intérêts du Fonds gabonais d’investissements stratégiques et de la population gabonaise. Ce partenariat public-privé innovant constitue un pas en avant significatif pour redonner à la Société d’énergie et d’eau du Gabon la possibilité de couvrir l’ensemble des besoins énergétiques du réseau interconnecté de la province de l’Estuaire à travers une offre compétitive, durable, et créatrice d’emplois ».

Mathieu Peller, Chief Operating Officer Afrique pour Meridiam, a de son côté expliqué que la centrale de Kinguélé Aval, troisième projet du groupe au Gabon (après la Transgabonaise et le port minéralier d’Owendo), « est à la fois emblématique et stratégique pour le pays. Il s’inscrit dans notre ambition d’accompagner le développement économique et social du Gabon tout en contribuant à sa transition écologique. Il est le fruit d’une collaboration active et fructueuse avec les autorités gabonaises, les équipes de Gabon Power Company et du Fonds gabonais d’investissements stratégiques ».

Source TA avec Régis B

Challenges Radio

Read Previous

Sénégal : Les industriels se plaignent de l’approvisionnement et du recouvrement des créances

Read Next

Makhtar Diop [IFC] : « Notre stratégie consiste surtout à créer des marchés dans les pays les plus fragiles d’Afrique »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *