La note de la Côte d’Ivoire relevée de A- à A par l’agence Bloomfield

L’éléphant ivoirien voit sa note à long terme se bonifier de A- à A sur l’échelle de Bloomfield Investment Corporation. Sur le court terme, la première économie de l’UEMOA, avec 50% de la masse monétaire en circulation, maintient sa note A2 avec perspective stable.

Le Comité de l’agence Bloomfield note que la Côte d’Ivoire a fait preuve de résilience à la crise sanitaire de la COVID 19, sortant de l’année 2020 avec une croissance de 2% de son PIB. Cette performance tire sa source des bons fondamentaux économiques du pays, couplé à la mise en œuvre efficace du plan de riposte sanitaire.

Entre 2019 et 2020, la structure de l’économie de la Côte d’Ivoire n’a pas considérablement évolué. Elle est tout de même marquée par une meilleure dynamique générée par le secteur primaire, surclassant ainsi le secteur secondaire qui jusque-là constituait le 2nd secteur contributeur au PIB.

Pour l’année 2021, la croissance économique est anticipée à 6,5%. Néanmoins cette reprise est conditionnée par la stabilité de l’environnement sociopolitique, le maintien d’un climat de sécurité sur l’ensemble du territoire et la maitrise de l’évolution de la crise sanitaire.

En matière de gestion de la crise sanitaire, les autorités sanitaires ont fait preuve d’efficacité sur l’année 2020 limitant ainsi un fort taux de contamination. Néanmoins, le niveau de contamination semble prendre des proportions plus importantes au regard de l’évolution du nombre de décès.

Le Comité note ainsi que la réaction prompte du Conseil National de Sécurité, en ce qui concerne la reprise voire l’accentuation des mesures barrière devrait permettre de contenir l’évolution de la pandémie.

Par ailleurs, le pays s’est engagé dans une vaste compagne de vaccination depuis le 1er mars 2021.

Le Comité de notation de l’agence Bloomfield relève par ailleurs qu’en ce qui concerne les finances publiques, l’Etat de Côte d’Ivoire a conservé sa bonne capacité de gestion de son endettement qui, en hausse de 26%, se situe à 16 802 milliards de francs CFA en 2020, soit 48% du PIB.

Il relève que malgré cet accroissement lié aux besoins occasionnés par la crise sanitaire, l’endettement du pays reste soutenable.

La Côte d’Ivoire affiche une maitrise du risque de refinancement et de taux, avec un endettement de moins en moins soumis aux fluctuations de change.

Le Comité observe que l’Etat a démontré une bonne exécution budgétaire grâce à la poursuite de la collecte de ressources, à travers notamment ses services de recouvrements digitalisés, et sa bonne flexibilité de financement.

En outre, le pays est parvenu à contenir l’évolution de ses dépenses en dépit des dépenses supplémentaires entrainées par la crise sanitaire.

Toutefois, pour un objectif de 3,2% fixé initialement, le déficit budgétaire (dons compris) de la Côte d’Ivoire est ressorti à 5,6% en 2020, en raison de l’intensification des besoins de financement.

En ce qui concerne les perspectives, le Comité note que la Côte d’Ivoire après des acquis notables du PND 2016-2020, s’est engagée dans la mise en œuvre du PND 2021-2025, qui repose fortement sur l’industrialisation et le renforcement du capital humain.

La réussite de ce nouveau plan de développement reste cependant soumise à la stabilité de l’environnement socio-politique et sécuritaire, ainsi que la bonne maitrise de la pandémie.

Par la rédaction

Challenges Radio

Read Previous

CEMAC : les sociétés extractives exposées aux sanctions pour non-respect de la réglementation des changes

Read Next

RDC : le Japon s’engage à réhabiliter le groupe 4 de Inga II

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *