Le Nigéria excédé par la prime d’assurance contre les risques de guerre

Les autorités nigérianes appellent la communauté maritime internationale à supprimer d’urgence la prime d’assurance contre les risques de guerre actuellement facturée sur les navires à destination de leur côte. Selon le directeur général de l’Agence nigériane d’administration et de sécurité maritimes (NIMASA), Dr Bashir Jamoh, le pays a mis en place une infrastructure de sécurité visant à éradiquer divers risques rencontrés sur les eaux territoriales du Nigeria.

« Le Nigeria n’est pas en guerre. S’ils décident de classer le Nigeria comme une zone à risque de guerre en raison de la piraterie ou d’essayer de collecter la prime d’assurance de guerre après avoir accepté que nous avons beaucoup investi, et ayant apprécié la contribution que nous avons apportée jusqu’à présent quand il s’agit de la question de l’insécurité maritime, cela signifie que quelque chose doit être fait », a déclaré le directeur général de la NIMASA lors d’un point de presse tenu ce week-end à Abuja.

Selon Bashir Jamoh, les expéditeurs à destination du Nigéria peuvent réduire pas moins d’une moyenne de 77 milliards de nairas de leurs coûts d’expédition annuels grâce à la suppression de l’assurance contre les risques de guerre, ce qui rend les activités d’importation du pays beaucoup plus compétitives qu’elles ne le sont actuellement.

A noter que le président Muhammadu Buhari a récemment lancé l’initiative Deep Blue Project, qui est une réponse aux défis d’insécurité auxquels le pays est confronté, et devant mettre fin au fléau de l’insécurité le long des eaux territoriales du pays avec la vision de protéger les vies en mer.

« Le Nigeria fait des progrès et maintenant que nous faisons des progrès, continuerons-nous à être dans les eaux les plus dangereuses ? Si de telles choses continuent, les investisseurs se sentiront lésés et c’est une injustice pour ce grand pays », a-t-il déclaré. Il a également informé qu’en février, le pays n’avait enregistré aucune attaque, tandis qu’en mars, une seule attaque avait été enregistrée.

Selon les rapports 2020 de l’organisation à but non lucratif Oceans Beyond Piracy, le coût total des primes supplémentaires de zone de risque de guerre encourues par les navires à destination du Nigeria transitant par le Golfe était de 55,5 millions de dollars rien qu’en 2020, et 35% des navires transitant par la zone étaient également concernés par une assurance enlèvement et rançon supplémentaire totalisant 100,7 millions de dollars.

A Ndoye

Challenges Radio

Read Previous

Cameroun : La Chine pour un gigantesque projet infrastructurel de 10 milliards de dollars

Read Next

Dividendes : 889 millions FCFA en faveur des actionnaires de la société SETAO

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *