Maroc : la rentabilité des banques vue par Moody’s

L’agence de notation financière, Moody’s, a indiqué que la rentabilité des banques marocaines a été mise sous pression en 2020 en raison de plusieurs facteurs. Il s’agit des coûts de provisionnement en prévision de pertes de crédits plus élevées, de volumes de transactions plus faibles, des mesures de confinement, et des charges ponctuelles liées aux dons au fonds spécial Covid-19, entre autres .

Selon un rapport publié en début de semaine par l’agence, Attijariwafa bank (notée AWB, Ba1 négatif, ba31), Groupe Banque centrale populaire (Ba1 négatif, b1), Bank of Africa du groupe BMCE (Ba1 négatif, b1) et Crédit du Maroc (Ba1 stable, ba3) ont représenté  65% des prêts marocains à fin 2020. Ces établissements bancaires, souligne le document, ont déclaré un bénéfice net global de 6,5 milliards de dirhams (0,7 milliard de dollars) en 2020, en baisse de 53% par rapport à 13,9 milliards de dirhams (1,4 milliard de dollars) en 2019. Le revenu net d’intérêts a augmenté malgré la baisse des taux d’intérêt et le ralentissement de la croissance du crédit.

Les quatre banques notées ont enregistré une augmentation combinée de 5,6% d’une année sur l’autre du revenu net d’intérêts. L’agence financière a également souligné que la rentabilité en bout de ligne restera sous pression à moyen terme. Et prédit une progression de 3% à 5% du revenu net en 2021 par rapport au niveau remarqué en 2020.

En outre, Moody’s  a recommandé aux banques de continuer à  rationaliser leurs  coûts du risque  dans un contexte toujours difficile.

Challenges Radio

Read Previous

Résilience des filiales ouest-africaines de BMCE Bank Of Africa

Read Next

Donner l’exemple et Sauvegarder le bien commun en Afrique

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *