Mauritanie: 60 millions de dollars pour l’émancipation économique de la femme

De notre envoyé spécial à Kaédi, Dia El Haj Ibrahima.


La ville de Kaédi, capitale régionale du Gorgol, à 400 km au Sud de Nouakchott, capitale de la Mauritanie, a abrité, lundi 7 juin 2021, la cérémonie de lancement de la deuxième phase du programme Sahel Women’s Empowerment and Demographic Dividend (SWEDD 2)  de la Banque Mondiale. Quatre ministres dont Kane Ousmane Mamoudou, Ministre mauritanien de l’Economie et des secteurs productifs, les représentants résidents du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et de la Banque mondiale, des diplomates, des notables et hommes politiques ont répondu à ce grand rendez-vous.

Le programme SWEDD2 a été lancé par la première dame de la Mauritanie, Mme Mariem Mohamed Fadel Dah. Une occasion pour elle de porter la voix de toutes les femmes Mauritaniennes et Sahéliennes dans leur émancipation économique. La phase 2 du SWEDD coïncide avec la présidence de la Mauritanie du comité régional de pilotage du projet.

Lancé en novembre 2015 à Niamey, ce programme pour l’autonomisation des femmes et le dividende démographique au Sahel concernait dans sa première phase le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad. Son but, favoriser l’émancipation des femmes et des adolescentes ainsi que leur accès à des services de santé reproductive, maternelle et infantile de qualité. Sur la phase initiale, 205 millions de dollars avaient été alloués aux pays concernés par la Banque Mondiale dont 15 millions de dollars pour la Mauritanie à travers un programme étalé dans 4 régions, notamment les deux Hodhs, la région de l’Assaba et celle de Guidimakha. Pour la deuxième phase du projet SWEDD, une enveloppe de 370 millions de dollars a été débloquée par le même partenaire aux pays du Sahel dont 60 millions pour la Mauritanie.

Partant du succès de la première phase et la satisfaction du partenaire financier stratégique, le programme SWEDD2 concernera en plus des quatre régions de départ, deux nouvelles régions à savoir celle du Brakna et celle de Gorgol situées au Sud du pays. Le Cameroun et la Guinée, nouveaux adhérants de taille, viendront rejoindre les pays du Sahel dans ce projet qui s’inscrit en ligne de mire de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine, ainsi que des stratégies nationales des différents pays bénéficiaires.

Par Ibrahim Dia Jr

Challenges Radio

Read Previous

Mali : Assimi Goïta prête serment à Bamako

Read Next

Transition & Inclusion : comment ces leviers peuvent-ils stimuler la croissance africaine ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *