Sénégal : Les industriels se plaignent de l’approvisionnement et du recouvrement des créances

Les chefs d’entreprises opérant dans l’industrie au Sénégal se sont plaints de l’approvisionnement difficile en matières premières et des difficultés de recouvrement des créances au mois d’avril 2021, selon les résultats d’une enquête d’opinion réalisée par la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE) basée à Dakar.

La DPEE souligne en effet que les chefs d’entreprises que ses équipes ont enquêtés ont majoritairement évoqué l’approvisionnement difficile en matières premières (40%) et les difficultés de recouvrement des créances (40%) comme étant les principaux facteurs qui limitent le développement du secteur.

Loin derrière ces deux facteurs, l’enquête de cette structure a relevé la concurrence supposée déloyale (24%) et l’insuffisance de la demande (20%) comme autres contraintes. << Par ailleurs, le climat des affaires s’est dégradé (-9,3 points) dans le sous-secteur, en rythme mensuel, sous l’effet des orientations négatives des soldes d’opinion relatifs à la production, aux commandes et aux perspectives de commandes>>, signale la DPEE.

Concernant le sous-secteur des bâtiments et travaux publics (BTP), les contraintes les plus citées par les entrepreneurs interrogés sont le recouvrement difficile des créances (80%) et l’insuffisance de la demande (60%). Néanmoins, le climat des affaires s’est légèrement amélioré de 0,1 point dans le sous-secteur, en rythme mensuel, en liaison avec l’orientation particulièrement favorable du solde d’opinion relatif aux commandes publiques.

Dans le sous-secteur des services, les chefs d’entreprise interrogés par la DPEE ont majoritairement relevé les difficultés de recouvrement des créances (50%), la concurrence jugée déloyale (40%), la fiscalité (30%) et l’insuffisance de la demande (30%) comme principales entraves à l’activité en avril 2021. <<Toutefois, le climat des affaires s’est amélioré de 10,2 points dans le sous-secteur, en rythme mensuel>>, indique la DPEE qui ajoute que cette situation traduit la bonne orientation des soldes d’opinion relatifs au chiffre d’affaires et aux tarifs pratiqués. L’optimisme des interrogés quant aux perspectives de tarification des services a, aussi, contribué à l’amélioration de l’indicateur du sous-secteur.

Globalement, le climat des affaires au Sénégal s’est amélioré en avril 2021. L’indicateur qui le synthétise, calculé sur la base des soldes d’opinion des chefs d’entreprises, a ainsi gagné 2,5 points au-dessus de sa moyenne de long terme qui est de 100 points. La DPEE note que cette nette amélioration traduit le gain de confiance des entrepreneurs de BTP et prestataires de services.

Par Albert Savana

Challenges Radio

Read Previous

10 Millions d’Euro de financement accordé pour soutenir le secteur des PME en Cote d’Ivoire

Read Next

Gabon : Meridiam et GPC signent l’accord de financement de la centrale de Kinguélé Aval

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *