Gabon, Cameroun, Tchad…, les dettes des pays de la CEMAC

La dette consolidée des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) est restée relativement stable au deuxième trimestre 2021, selon la dernière note sur les finances publiques rendue publique par la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). Par pays, le Cameroun obtient le maillot jaune.

Selon le document, l’encours de la dette publique du Gabon était estimé à 6 539,9 milliards de FCFA à fin juin, réparti entre 62% de dette extérieure, et 38% de dette intérieure. « Le gouvernement a entrepris d’éponger une part importante de ses engagements domestiques, en priorisant dans un premier temps les dettes inférieures à 70 millions de F CFA. Plus récemment, à la faveur du succès du dernier appel public à l’épargne lancé le 27 mai, d’importants paiements ont été effectués », précise la BEAC.

Principale économie de la région, le Cameroun, pour sa part, dispose d’une dette de 10 687 milliards de FCFA à fin juin 2021, dont 6 922 milliards de dette extérieure et 2 838 milliards de dette intérieure. Fin juillet, le Fonds monétaire international (FMI) avait approuvé des accords triennaux au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) et du mécanisme élargi de crédit (MEDC) en faveur du pays, d’un montant d’environ 689,5 millions de dollars pour accompagner son programme de réformes économiques et financières. « La dette publique totale et le ratio dette extérieure/PIB devraient diminuer graduellement après 2021 », avait-il signalé dans un communiqué.

« Au Tchad, sur la même période, la dette extérieure est passée de 852,6 milliards à 840,9 milliards, tandis que la dette intérieure est passée de 1 079,8 milliards à 1 082,2 milliards. En Guinée Equatoriale, dans le cadre du programme de réformes soutenu par le FMI, la stratégie de gestion de la dette consiste essentiellement à ne contracter aucun nouvel emprunt ni aucune facilité d’emprunt garanti pendant trois ans », informe la banque centrale.

En ce qui concerne le Congo, la dette est estimée à plus de 6 016 milliards de FCFA. Les autorités souhaitent la restructuration de la dette envers la Chine, principal créancier, dans l’optique de reprendre des négociations avec le Fonds monétaire international, d’après la BEAC qui ne donne aucune information sur la République centrafricaine.

Sur la base des données estimées par la BEAC, entre le premier et le deuxième trimestre 2021, l’institut d’émission renseigne que le ratio service de la dette/recettes a légèrement progressé malgré l’augmentation des recettes. Ces dernières ont en effet progressé de 20,22% sur la période considérée, passant de d’environ 1 981,9 milliards de FCFA au premier trimestre, à 2 382,7 milliards entre avril et juin 2021.

Par NEPHTALI MENSA LEDY

Challenges Radio

Read Previous

Le Mali négocie avec les djihadistes Iyad Ag Ghaly et Amadou Koufa

Read Next

Ces femmes qui font tourner l’usine africaine (1/2)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *