Le Ghana et Singapour créent un corridor de fiducie financière pour renforcer le soutien aux entreprises

La Banque centrale du Ghana (BOG) et l’Autorité monétaire de Singapour (MAS) travaillent  à la création d’un Financial Trust Corridor (FTC), un corridor de fiducie financière destiné à renforcer le soutien aux entreprises. L’annonce a été faite ce mercredi 18 août par Ernest Addison, le gouverneur de l’institut d’émission basé à Accra.

Selon le responsable, cet écosystème dédié à la reconnaissance mutuelle et à des relations plus étroites entre les entreprises, y compris les PME, et les institutions financières, comprendra un cadre de gouvernance et une infrastructure numérique pour les banques et les sociétés FinTech des deux pays.

« Les participants peuvent ensuite consulter et utiliser les informations clés disponibles sur la plateforme pour l’évaluation du crédit, tout en respectant les réglementations nationales et internationales, y compris les exigences en matière de protection des données et de lutte contre le blanchiment d’argent. Les PME participantes bénéficieront de la confiance des institutions financières, ce qui conduira au soutien indispensable du secteur financier pour la croissance des PME », a-t-il rassuré.

Le gouverneur s’exprimait à l’ouverture d’une séance du Business Sans Borders (BSB), une initiative des deux parties qui vise à développer un réseau de plateformes numériques pour servir d’infrastructure publique mondiale destiné à faciliter le commerce transfrontalier.

Panacée

Ce projet est présenté comme une panacée dans un contexte marqué par des « obstacles à la conduite des affaires au-delà des frontières nationales » pour les PME. D’où le défi d’exploiter « le potentiel de la technologie numérique pour surmonter les obstacles au commerce international et améliorer la compétitivité mondiale des entreprises ».

« Avec des investissements massifs dans les infrastructures du secteur financier, un réseau de télécommunications fiable et étendu, une identification nationale biométrique de couverture élevée, un secteur bancaire robuste et résilient et un écosystème Fintech dynamique, le décor est prêt pour faciliter la participation effective des PME ghanéennes à l’économie mondiale, via ces initiatives », a fait savoir Ernest Addison.

Par N MENSSAH LEDY

Challenges Radio

Read Previous

Les Sud-Africains pourraient bientôt verser 12% de leurs revenus dans un fonds géré par l’État

Read Next

CEMAC : aux chefs d’Etats, le FMI prescrit une utilisation des DTS « en toute transparence »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *