Le Rwanda et le Luxembourg signent une convention de non-double imposition

La République du Rwanda et le Grand-Duché de Luxembourg ont signé une convention en vue d’éliminer les doubles impositions en matière d’impôts sur le revenu et sur la fortune et de prévenir la fraude et l’évasion fiscales, le 29 septembre 2021, à Luxembourg-ville. Cet accord a été signé par S.E. Dieudonné Sebashongore , Ambassadeur de la République du Rwanda au Grand-Duché de Luxembourg avec résidence à Bruxelles, et S.E. Pierre Gramegna, Ministre des Finances du Grand Duché de Luxembourg au cours d’une courte cérémonie. 

A cette occasion, les deux parties ont échangé sur les excellentes relations économiques et diplomatiques entre le Rwanda et le Luxembourg. Elles ont également discuté des moyens de renforcer davantage la coopération bilatérale et multilatérale.

S.E. Dieudonné Sebashongore, Ambassadeur du Rwanda au Luxembourg a déclaré:

« Cet accord permettra aux acteurs économiques luxembourgeois et rwandais d’aller plus loin dans leurs échanges mutuels. Pour ceux qui souhaitent investir au Rwanda, y compris la diaspora, cet accord va accroître leur motivation et faciliter les affaires. ” 

S.E. Pierre Gramegna, Ministre des Finances du Grand-Duché de Luxembourg a déclaré:

 » Notre convention est une autre brique du succès économique que nous vous souhaitons, (…) elle permettra l’investissement car sans cela (…), la convention sera une coquille vide « . En apparence, la signature de cette convention peut sembler être quelque chose d’administratif, mais pour tous les pays avec lesquels le Luxembourg a signé des conventions sur la double imposition, l’intérêt et la volonté est de renforcer les relations bilatérales, de les rendre plus faciles, plus claires et plus transparentes. C’est ainsi que nous pourrons commercer ensemble et tisser des liens qui dépassent le cadre de l’aide au développement ». La signature aujourd’hui de l’accord de libre-échange entre le Rwanda et le Luxembourg s’appuie sur les excellentes relations économiques entre nos deux pays. L’expansion de notre réseau de traités est essentielle à nos aspirations de transformer le Rwanda en une destination financière internationale, alors que nous sommes le fer de lance de la prochaine phase de l’ambitieux programme de réforme économique du Rwanda.

Par la rédaction

Challenges Radio

Read Previous

Emmanuel Macron tance Choguel Maïga, le premier ministre malien

Read Next

Gabon : la BDEAC porte ses engagements financiers à 947 millions de dollars

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *