IATF 2021 : le secteur privé invité à tirer profit de l’évènement

Le ministre du Commerce et de l’Industrie de Côte d’Ivoire, Souleymane Diarrassouba, a exhorté le secteur privé à prendre toute sa place dans la Foire commerciale intra-africain (IATF 2021) qui se tiendra en novembre prochain à Durban (Afrique du Sud). L’évènement entre dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) qui constitue un marché 1,3 milliard personnes.

C’était ce lundi 27 septembre, à l’occasion du Road Show de la Banque africaine d’import et d’export (Afreximbank) à Abidjan (Côte d’Ivoire) en prélude à la foire commerciale.

Pour sa part, l’ex-président d’Afreximbank, aujourd’hui président d’honneur, Jean Louis Ekra, a indiqué que la Zlecaf, qui se présente comme le plus grand rendez-vous de l’investissement et du commerce africain, offre la possibilité aux économies africaines de s’émanciper, de devenir autonome et de construire l’Afrique de demain. « Nous sommes ici pour promouvoir l’IATF 2021. Selon une étude de la banque, le manque d’accès aux informations sur le commerce constitue l’élément principal du faible taux du commerce intra-intra-africain, qui est d’environ 15%. Nous exhortons donc la communauté des hommes des affaires à nous rejoindre afin de constituer un vaccin contre le monde économique », affirme l’Ivoirien.

Pour George Elombi, le vice-président exécutif, services de gouvernance, juridiques et d’entreprise de la banque, la Zlecaf doit changer la taille des économies africaines avec une relance post-Covid. Selon lui, la stratégie d’Afreximbank est basée sur deux piliers : l’appui porté au commerce intra-africain avec tous les instruments mis en place comme l’affacturage et le mécanisme d’ajustement de la Zlecaf, qui a déjà démarré avec un fonds de 8 milliards de dollars de la banque.

Selon George Elombi, la Côte d’Ivoire, compte tenu de son rang de troisième économie de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) et première économie de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), a un rôle à jouer dans la Zlecaf. Soutenant que les engagements cumulés d’Afreximbank dans le pays ont atteint 3 millions de dollars et 1,4 milliards de dollars d’investissement sont actuellement en cours.

Par ISSOUF KAMGATE

Challenges Radio

Read Previous

Afreximbank ouvre un bureau régional pour l’Afrique centrale à Yaoundé, au Cameroun

Read Next

CEMAC : hausse des cours des produits d’exportation

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *