Le Ghana annonce sa première émission d’obligations sociales pour 2 milliards USD

Le Ghana va émettre des obligations vertes et sociales allant jusqu’à 2 milliards de dollars d’ici le mois de novembre. Le produit de ces obligations durables servira à refinancer la dette utilisée pour des projets sociaux et environnementaux, d’après le ministre ghanéen des Finances, Ken Ofori-Atta, qui s’exprimait dans une interview accordée à Bloomberg.

Cette opération fera du Ghana le premier pays africain à vendre de la dette pour financer des programmes de développement. Le pays prévoit d’emprunter jusqu’à 5 milliards de dollars sur les marchés internationaux cette année.

« On s’attend à ce que les obligations soient émises à l’automne et que le maximum puisse être de 2 milliards de dollars », après que le Ghana a déjà vendu 3,03 milliards de dollars en mars sur les 5 milliards de dollars pour lesquels il a approuvé son budget, a déclaré Ofori-Atta. Sur ce total, 3,5 milliards de dollars serviront à refinancer la dette déjà recueillie. « Notre nouvelle dette réelle s’élèvera à 1,5 milliard de dollars », a-t-il déclaré.

Le ministre des Finances a, par ailleurs, indiqué que les obligations durables « ne sont pas bon marché, il n’y a pas de décote », et que le Ghana cherche cependant à négocier les meilleures conditions.

Le Ghana, premier producteur d’or d’Afrique, qui vise un déficit budgétaire de 9,5% du produit intérieur brut cette année, contre un déficit de 11,7% en 2020, s’attend à ce que sa production augmente de 5% contre 0,4% l’année dernière.

Une obligation sociale est un instrument de dette utilisé pour lever des fonds pour des projets ayant des résultats sociaux positifs, tels que l’éducation, les soins de santé et la sécurité alimentaire. Son émission est sur une trajectoire ascendante à l’échelle mondiale, les investisseurs combinant profits et missions pour lutter contre les inégalités. Ce type d’obligation a atteint des niveaux records en 2020 et devrait croître de 6 % pour atteindre 150 milliards de dollars américains dans les fonds levés en 2021.

Par

Amadjiguéne Ndoye

Challenges Radio

Read Previous

Agroforesterie : l’or brun ou l’alternative gabonaise à l’économie du « tout-pétrole »

Read Next

CEMAC : suspension des réaménagements des conditions d’éligibilité des garanties aux opérations de refinancement de la BEAC

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *