RDC : accusé de détournement, l’ancien premier ministre Matata Ponyo dénonce un dossier «truffé de mensonges»

Accusé par l’Inspection générale des finances (IGF) d’être le « responsable intellectuel » de la «débâcle financière» du projet agro-industriel de Bukanga Lonzo, l’ancien premier ministre Augustin Matata Ponyo, devenu sénateur, dénonce un dossier «truffé de mensonges». Il fait l’objet d’une demande de levée d’immunité par la justice qui a saisi la chambre haute du Parlement.

« Si le respect de la vérité était respecté, on n’aurait même pas demandé la levée de l’immunité parce que le dossier de l’Inspection générale des finances sur lequel est basée l’initiative de cette action judiciaire, est un dossier truffé des contrevérités, truffé de mensonges », a déclaré à la presse Matata Ponyo, dimanche 9 mai à Kinshasa, quelques heures après son retour en RDC.

« Comment peut-on parler de responsabilité intellectuelle pour un dossier qui a été traité en conseil des ministres ? Est-ce que dans un conseil des ministres, il n’y a que le seul premier ministre qui siège ? Si j’avais peur, je ne serais pas venu. Comme vous le savez, j’exerce dans les pays extérieurs comme consultant. Il y a même des pays africains qui m’ont demandé de rester en permanence dans leurs villes. Mais je pense qu’on est mieux chez soi, et je ne crains rien. Si je craignais quelque chose, je ne serai pas rentré», a rajouté l’ancien premier ministre en fonction entre avril 2012 et décembre 2016.

En rappel, l’Inspecteur général des finances, Jules Alingeti Key, dans un rapport publié en novembre 2020, avait indiqué que 205 millions USD ont été détournés sur les 285 millions décaissés par le Trésor public pour le projet Bukanga Lonzo. « Six personnes sont identifiées comme des responsables, dont 2 sont couvertes par des immunités parlementaires, un expatrié, un Congolais en fuite à l’étranger et un autre Congolais vivant au pays », selon l’inspecteur général des Finances, qui a cité nommément l’ancien premier ministre.

Challenges Radio

Read Previous

Cameroun-Congo : la construction du barrage de Chollet se structure

Read Next

Quelle place pour l’Afrique dans la gouvernance numérique mondiale ?

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *