Côte d’Ivoire : le président Alassana Ouattara appelle Henri Konan Bédié et l’opposition au dialogue

Le président ivoirien Alassane Ouattara s’est adressé lundi 9 novembre à la Nation, quelques heures après la confirmation de sa victoire à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 par le conseil constitutionnel. Un message dans lequel le chef d’Etat a appelé au dialogue, après avoir déploré les « incidents provoqués par l’opposition ».

Confirmé à la tête de la Côte d’Ivoire ce lundi par le conseil constitutionnel, Alassane Ouattara s’est présenté le soir à la télévision pour un discours à la Nation. « Cette haute juridiction vient de me déclarer vainqueur à l’issue du premier tour de ce scrutin important pour la stabilité et l’avenir de notre pays. Cette décision du conseil constitutionnel qui confirme les résultats annoncés le mardi 3 novembre 2020 par la Commission Electorale Indépendante (CEI), consacre ainsi l’aboutissement d’un processus électoral transparent, équitable et crédible », a-t-il déclaré à l’entame de son allocution d’un quart d’heure. « Je serai le Président de tous les Ivoiriens, sans exclusion », a-t-il ajouté.

Après avoir remercié ses électeurs et les Ivoiriens qui ont « bravé les intimidations et les menaces » le jour du vote, le président Ouattara a salué le rôle joué par le gouvernement, les institutions et « l’ensemble des acteurs concernés » qui ont permis « la tenue effective du scrutin du 31 octobre 2020 ».

« A l’issue de ce processus électoral, nous déplorons malheureusement les incidents provoqués par l’opposition politique, avec des conséquences parfois dramatiques, dans certaines localités de notre pays. C’est pourquoi, je regrette la décision de certains candidats retenus par le Conseil Constitutionnel, qui sont délibérément sortis du processus démocratique », a déclaré Alassane Ouattara, allusion faite à son ex-allié Henry Konan Béndié et Pascal Affi Nguessa qui, au lendemain du vote, avaient mis en place un Conseil National de Transition (CNT). Une instance qui n’a pas été occultée par le président. « Je demande à la plateforme politique qui a choisi d’agir en dehors de l’ordre constitutionnel de mettre un terme définitif à ses initiatives ».

« Conformément aux valeurs de paix et de dialogue que nous a léguées, le Père de la Nation ivoirienne, le Président Félix HOUPHOUËT-BOIGNY, je voudrais réaffirmer ma disponibilité, aujourd’hui comme hier, pour un dialogue sincère et constructif avec l’opposition, dans le respect de l’ordre constitutionnel », a dit le président. « J’avais marqué ma disponibilité pour une rencontre avec le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, à l’initiative de la mission ministérielle de la CEDEAO qui s’est rendue en Côte d’Ivoire le 18 octobre dernier. Je voudrais donc inviter mon aîné, le Président Henri Konan BEDIE, Président du PDCI-RDA, à une rencontre, dans les tout prochains jours, pour un dialogue franc et sincère en vue de rétablir la confiance », a lancé le président qui a appelé par cette occasion, « tous » les Ivoiriens à « œuvrer pour maintenir et renforcer la paix et le vivre ensemble sur toute l’étendue du territoire national ».

Peu avant cet appel au dialogue, l’opposant Pascal Affi N’Guessan, porte-parole de la plateforme de l’opposition, avait été entendu pour la première comparution par le juge du 9e cabinet d’instruction. Ce dernier qui lui a présenté les différents chefs d’accusation, une trentaine, dont attentat à la sûreté de l’Etat, acte de terrorisme, viol, crime, meurtre, etc. Placé sous mandat de dépôt, l’ancien premier ministre – qui fait partie des opposants arrêtés suite à la mise en place du CNT – a été conduit à une destination gardée secrète « pour des raisons de sécurité ».

N M avec BILE Charles A

Challenges Radio

Read Previous

RDC : les 4 propositions du Dr Mukwege pour une sortie de crise

Read Next

France : la facture du reconfinèrent pour l’Etat et les Français

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *