Le Gouvernement Américain Accompagne les Eleveurs locaux au Sénégal pour Renforcer la Capacité de Production Laitière

Le West Africa Trade & Investment Hub de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID) a accordé une subvention de co-investissement de 518 000 dollars (CFA) à La Laiterie du Berger, une entreprise qui fabrique des produits laitiers à partir du lait produit localement au Sénégal. La subvention permettra à l’entreprise de s’approvisionner auprès de 1 150 nouveaux éleveurs et poursuivre ses efforts pour réduire la dépendance du pays à l’égard du lait importé.

Au Sénégal, près de 90 % du lait commercialisé est importé, généralement sous forme de lait en poudre, alors que 30 % de la population sénégalaise sont des producteurs laitiers qui offrent suffisamment de lait frais pour être en mesure de répondre aux besoins de consommation locale.

« Notre partenariat avec le Trade Hub sera capital pour développer le potentiel des agriculteurs locaux à fournir du lait frais au-delà de leurs communautés environnantes, tout en augmentant leurs revenus et en renforçant la sécurité alimentaire, qui est menacée lorsqu’un produit de base comme le lait n’est pas acheté principalement chez les producteurs locaux », explique Bagoré Bathily, PDG de La Laiterie du Berger.

La Laiterie du Berger est la première entreprise basée au Sénégal à commercialiser du lait frais d’origine locale dans le pays. C’est aussi la première entreprise sénégalaise à obtenir la certification B Corp, qui reconnaît les entreprises qui tiennent compte de l’impact de leurs décisions sur les travailleurs, les clients, les fournisseurs, la communauté et l’environnement.

Depuis sa création en 2007, les ventes de l’entreprise sont passées de 0,4 million de dollars, au cours de la première année, à 16,5 millions de dollars en 2020. Cependant, malgré ces bénéfices, La Laiterie du Berger a besoin de nouveaux investissements et d’un appui important pour continuer à dynamiser ses opérations et sécuriser les capitaux du secteur privé, d’où ce partenariat avec le Trade Hub.

« Le succès de cette activité permettra à La Laiterie du Berger de démontrer des résultats tangibles aux investisseurs et faciliter l’obtention de lignes de crédit supplémentaires pour une expansion future », a déclaré Bathily.

Avant de s’associer au Trade Hub, La Laiterie du Berger n’avait pas la capacité de s’approvisionner auprès de plus de 850 éleveurs. Grâce à sa subvention de co-investissement, elle pourra faire passer le nombre de ses éleveurs de 850 à 2 000, ce qui lui permettra de collecter 5 000 tonnes de lait de qualité supérieure tout au long du projet de deux ans, qui se termine en novembre 2023.

Les 5 000 tonnes pourront générer 4,5 millions de dollars de ventes et faire passer les revenus collectifs des éleveurs de 600 000 dollars à 2 millions de dollars sur toute la durée de vie du projet.

Le partenariat de co-investissement permettra aussi de renouveler la certification B Corp de l’entreprise socialement engagée et de mettre en place un système de suivi-évaluation pour mesurer l’impact total des activités commerciales sur plus de 15 000 commerçants avec lesquels elle coopère.

En outre, le projet pourra financer la formation d’environ 1 000 éleveurs en gestion agricole, telle que la gestion du bétail et la santé animale. Par ailleurs, environ 155 nouveaux emplois seront créés à La Laiterie du Berger, notamment pour les postes de direction, les ouvriers d’usine et les chauffeurs. Environ 80 % des rôles seront destinés aux jeunes et 15 % aux femmes.

Selon Karl Littlejohn, Directeur par intérim du Trade Hub, il existe un besoin évident d’investissements dans les entreprises telles que La Laiterie du Berger pour professionnaliser les activités dans la production laitière, en faire une entreprise viable pour les éleveurs, et réduire les importations.

« Nous sommes convaincus que ce partenariat appuyé par l’USAID fera passer les éleveurs de l’agriculture traditionnelle et de subsistance à une agriculture axée sur les revenus et – tout aussi important – encourager les investissements du secteur privé », a-t-il souligné.

Par la rédaction

Challenges Radio

Read Previous

Opibus lève 7,5 millions de dollars pour renforcer son offre de véhicules électriques pour l’Afrique

Read Next

L’Afro-Américain Eric Adams, ex-policier, remporte la mairie de New York

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *