Aérien : plus 900 millions de dollars seraient nécessaires au maintien d’Air Algérie

Le conseil d’administration d’Air Algérie devrait incessamment faire appel à l’Etat.

Air Algérie aurait besoin de 120 milliards de dinars, soit plus de 900 millions de dollars, pour assurer son fonctionnement. Le top management de la compagnie aurait l’intention de demander cette enveloppe à l’Etat au cours de son assemblée générale prévue le 7 mai 2020. L’information a fuité depuis le conseil d’administration, selon une source cité par le média El Arabi El Djadid.

Sans ces fonds, il serait extrêmement difficile de payer les 9 600 employés de la compagnie, rembourser ses dettes et couvrir ses dépenses courantes.

En crise bien avant la pandémie, Air Algérie est véritablement au bord du gouffre. Alors que la firme a malgré tout inauguré une nouvelle agence à Tamanghasset, à l’Est du pays, le 30 mars dernier, son management n’a fait qu’essuyer davantage de critiques, notamment pour sa stratégie en ces temps de vaches maigres, favorisées par la pandémie et la crise du transport aérien. D’autant qu’en 2020, la pandémie lui a coûté plus de 40 milliards de dinars (environ 250 millions d’euros) sur son chiffre d’affaires en chute de 37%, en glissement annuel.

L’avenir d’Air Algérie préoccupe le gouvernement. Et pour cause, une compagnie aérienne nationale dans un pays qui se veut ouvert sur le monde est hautement stratégique. C’est d’ailleurs ce qui a poussé le président de la République au limogeage début janvier du ministre des Transports et du PDG de la compagnie, suite de l’engagement d’une opération d’importation par la compagnie nationale Air Algérie de fournitures liée à l’activité de Catering, et ce, sans tenir compte du contexte économique national et des orientations financières visant la gestion rationnelle des devises et la priorité à accorder à la production nationale », justifiait un communiqué officiel.

Lors d’une réunion gouvernementale fin mars, le Premier ministre Abdelaziz Djerad a questionné le nouveau ministre des Transports sur les moyens d’améliorer la qualité des services du transporteur, appelant à la mise en œuvre de mesures qui favorisent la relance de la compagnie.

Dans un contexte économique difficile, reste à savoir quelle équation le gouvernement arrivera à résoudre pour mettre à la disposition d’Air Algérie les fonds dont le transporteur aurait besoin pour se maintenir.

Challenges Radio

Read Previous

Coup de tonnerre au Tchad : la mort de Déby plonge le Sahel dans l’incertitude

Read Next

Entrepreneuriat féminin : favoriser l’émergence de championnes régionales

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *